Le fond de l'affaire


 

Bruxelles: deux policiers poursuivis pour avoir effacé des images tournées par des journalistes lors d'une intervention

Le 15 octobre 2015, une manifestation se déroule dans les rues de Bruxelles contre le TTIP, le traité de libre-échange entre l'Union européenne et les Etats-Unis. Une équipe de la chaîne Zin TV filme des manifestants en train de se faire arrêter.

Dans un premier temps, la police ordonne aux deux journalistes de cesser leurs prises de vues. Dans la soirée, l'équipe de tournage est à nouveau présente lors de la remise en liberté des militants interpellés. Deux policiers confisquent la caméra et effacent toutes les images enregistrées au cours de la journée.

Zin TV porte plainte, le Comité de contrôle des services de police est saisi du dossier. Le Comité P, comme on l'appelle, donne tort aux deux policiers. Un membre des forces de l'ordre ne peut ni supprimer lui-même ni ordonner de supprimer des images tournées lors d'une intervention policière.

Depuis lors, la police de Bruxelles Capitale-Ixelles a rédigé une directive pour rappeler ce principe.

Les deux policiers fédéraux risquent un renvoi devant le tribunal correctionnel. Ils comparaîtront ce vendredi devant la chambre du conseil de Bruxelles.

source : RTBF - Philippe Carlot - Publié le mercredi 23 janvier 2019 à 09h54

On est curieux de voir … Ces faits sont gravissimes et en disent long sur la mentalité qui règne au sein de la police – car ce n'est pas la première atteinte aux libertés fondamentales – et sur le sentiment d'impunité des policiers. La hiérarchie a-t-elle pris des sanctions ? Si, oui lesquelles ? Si non, pourquoi ?

Helpdesk

Maxime

Never tell a joke that can lose you a friend. Unless the joke is better than the friend.

Un p'tit plus

Manuel Valls en manif à Madrid (France Inter, Charline Vanhoenacker, 11/02/2019)

Lire la suite...