Le fond de l'affaire


 

Les gilets jaunes : pourquoi maintenant ?

Macron a pris une série de mesures d’allègements fiscaux qui profitent uniquement aux plus riches : suppression de l’impôt sur la fortune, baisse de l’impôt sur les revenus du capital. Mais il a bien fallu trouver des compensations budgétaires.

Pour financer ces cadeaux et rester dans les limites des 3 % du PIB pour le budget de l’État, il a fallu trouver l’argent ailleurs. Ainsi, la taxe sur les carburants a augmenté de 18 % tandis que l’impôt sur les revenus des sociétés diminuait de 19 % et les autres impôts affectant les plus riches (ISF, succession, revenus du capital) diminuaient de 25 %. Et même, dans le cadre strict des carburants, ce sont encore les riches qui paient le moins : le kérosène des avions, beaucoup plus nuisible pour l’environnement que le diesel, n’est pas taxé… Alors, une hausse supplémentaire, même déguisée en taxe carbone, met le feu au baril.
Et dans le baril, il y a bien d’autres choses que le prix du carburant : le niveau de vie, le mépris des « élites » pour le petit peuple, … [source : G. Duval, Les raisons de la colère, AE n°385, p.10]
A cet égard, le numéro du mardi 11 décembre 2018 de l'émission « Le téléphone sonne » de France Inter mérite une écoute attentive. L'intelligence collective n'est pas un concept fumeux.

Helpdesk

Maxime

Les hommes sont par nature absurdes et pitoyables, mais si l'expérience vous rend un jour indulgent, vous verrez qu'ils vous donneront davantage matière à rire qu'à pleurer.

S. Maugham, Les Quatre Hollandais

Un p'tit plus

Manuel Valls en manif à Madrid (France Inter, Charline Vanhoenacker, 11/02/2019)

Lire la suite...