Observatoire Critique des Médias


 

 

 

RTBF et morale fiscale

Vous aurez sans nul doute entendu la publicité pour le dernier spectacle de Franco Dragone, présenté par la RTBF.

Non ? Cliquez ici et déplacez le curseur jusqu'à 1h30'07'' pour éviter de vous refaire toute l'émission.

La RTBF s'est donc associée à Franco Dragone pour produire son dernier spectacle, Aïda, ou, à tout le moins en assure la promotion (spectacle « présenté par la Une et la Trois »). Mais qui est Franco Dragone ? Vous ne vous souvenez pas ? Voici quelques titres de presse pour vous rafraîchir la mémoire :

Le 4 avril 2016, La Libre signalait que Franco Dragone faisait partie des Belges concernés par les révélations des Panama Papers.

Le 16 avril 2016, La Libre publiait un article intitulé « Vents contraires pour Franco Dragone, inculpé pour fraude fiscale et blanchiment »

Le 20 avril 2016, La Libre encore publiait un article faisant état d'une nouvelle inculpation de F. Dragone, cette fois pour corruption de fonctionnaire.

Et ce n'est pas fini ! Plus récemment, le 8 février dernier, le site de La Libre mettait publiait un article (« Les connexions italo-turco-kazakhes douteuses de Franco Dragone ») citant « le journal Le Soir qui avait révélé l’existence d’un projet commun entre la société Rixos et celle de Franco Dragone pour un investissement d’un milliard d’euros [...] au cœur de la capitale touristique de la Turquie, Antalya». Or, selon La Libre, cette société Rixos est la propriété de « Fettah Tamince, milliardaire turc proche d’Erdogan et [...] qui gère une trentaine de complexes touristiques de luxe, de l’Egypte jusqu’au… Kazakhstan. »

Par ailleurs, la société de F. Dragone est en difficultés financières : 3 Mio€ de dettes à divers créanciers, mais aussi, selon De Standaard de l'ordre de 7 Mio€ de pertes. Dans cet article de fin 2015, De Standaard faisait aussi état de relations étroites entre Dragone et di Rupo. Il notait également que Dragone faisait partie de la SA Semeb dans laquelle on retrouve, entre autres un certain Francesco Fornieri, dénoncé par Médor dans son n°1 (pp. 34-47 : « Dopée aux aides et subsides publics, l’entreprise liégeoise [ndlr: Mithra], qui affichait 11,4 millions d’euros de pertes consolidées fin 2014, a pourtant enrichi son patron François Fornieri d’au moins 6,5 millions au cours des mois précédant son entrée en Bourse. Conflits d’intérêts financiers, business plan trafiqué, délocalisation fiscale des fruits de la recherche wallonne, risque financier non déclaré au gendarme de la Bourse : les coulisses de la « success-story » Mithra laissent un goût amer dans la bouche du contribuable wallon. »

Toujours est-il que la société de Dragone a demandé et obtenu une procédure de réorganisation judiciaire et, en mars dernier, les créanciers ont accepté le plan de redressement. Le soutien de la RTBF vient donc à point nommé.

La pluralité de la presse

Autre constat intéressant fait lors des recherches sur les Panama Papers : le même article est publié sur les sites de plusieurs médias « de référence » comme s'il émanait chaque fois d'une plume maison.

- http://www.levif.be/actualite/belgique/panama-papers-franco-dragone-parmi-les-732-belges-concernes/article-normal-485583.html

- http://www.dhnet.be/actu/monde/panama-papers-franco-dragone-figure-parmi-les-732-belges-concernes-par-les-revelations-fiscales-5701eeec35702a22d609fc5d

- http://www.lalibre.be/economie/libre-entreprise/panama-papers-franco-dragone-figure-parmi-les-732-belges-concernes-par-les-revelations-fiscales-5701ed0c35702a22d609fc49

Helpdesk

Maxime

Il consacra 14 ans [à ce travail], accumula des milliers de fiches, qu'il classa et répertoria. Il possédait son sujet sur le bout des doigts. Enfin, le moment de rédiger arriva.Il prit place à sa table de travail et mourut. Il mourut en vue de la terre promise, et ne goûta jamais l'amertume d'y avoir enfin abordé.

S. Maugham, Les Quatre Hollandais

Un p'tit plus