Le fond de l'affaire


 

Le nazi de Damas

C'est sous ce titre que la revue XXI consacre un long article à Aloïs Brunner. Celui-ci fut commandant du camp de Drancy, bras droit d'Eichmann, et s'est vanté un jour d'avoir éliminé plusieurs dizaines de milliers de personnes. Il a fui l'Allemagne en 1953 et s'est réfugié en Egypte puis en Syrie où il a ouvert une société de commerce d'armes.

Hafez el-Assad fit appel à lui pour organiser les services de répression du nouveau régime installé après le coup d’État.
Les Occidentaux connaissaient sa présence en Syrie. Ils connaissaient même tout son parcours depuis l'Allemagne. Un document des services de renseignement français précise même qu'ils étaient au courant depuis au moins 1988. Mais personne n'a jamais réellement insisté pour obtenir son extradition et tout le monde s'est contenté des réponses de Damas prétendant tout ignorer d'une éventuelle présence de Brunner en Syrie. L'article ne précise pas comment il a rejoint l'Egypte. Il se borne à dire que ce fut avec l'aide du grand Mufti du Caire. Il n'aurait donc pas utilisé la célèbre route des monastères qui permit à tant de chefs nazis de fuir en Amérique latine.
« Son dossier de 581 pages a été détruit en 1994 par le BND, les services secrets ouest-allemands. Interrogé par le magazine Der Spiegel, le BND a évoqué un regrettable incident. » Et l'auteur de rappeler que ces services secrets « ont été fondés par Reinhard Gehlen, un ancien nazi ». Cela n'empêche pas l'Allemagne d'offrir une récompense de 333.000$ pour tout renseignement utile...
En 1984, l'ambassadeur des USA à Damas reçoit l'instruction de demander l'extradition de Brunner. Un an plus tard, il s'excuse de n'avoir pas encore abordé le sujet avec le régime car il avait d'autres dossiers plus importants à traiter.
En 2015, sur Europe 1, l'ancien ministre des Affaires étrangères de Mitterrand, Roland Dumas explique que Bachar el-Assad est « l'homme qu'il convient avoir dans son jeu ». Au point d'obtenir de la fille du ministre syrien de la Défense, une subvention de 8,2Mio€ pour l'hôpital de Sarlat, circonscription où il est candidat député. En 2008, Sarkozy invite, chose rare, Bachar el-Assad au défilé du 14 juillet.
(source : XXI, n°37 Le nazi de Damas pp.136-155)
Tout cela fait furieusement penser à l'affaire Degrelle qui a coulé des jours paisibles au vu et au su de tous en Espagne de 1945 à sa mort. Compte tenu des relations amicales qu'entretenait le couple royal avec Franco, l'extradition de Degrelle n'aurait certainement pas été refusée. Sil elle avait été demandée.

Helpdesk

Maxime

Les hommes sont par nature absurdes et pitoyables, mais si l'expérience vous rend un jour indulgent, vous verrez qu'ils vous donneront davantage matière à rire qu'à pleurer.

S. Maugham, Les Quatre Hollandais

Un p'tit plus

Manuel Valls en manif à Madrid (France Inter, Charline Vanhoenacker, 11/02/2019)

Lire la suite...