Le fond de l'affaire


 

Les principales mesures du nouveau président français

Alternatives économiques a publié dans son dernier numéro une synthèse en 20 mesures de la politique économique que compte mettre en œuvre le nouveau président français. En voici l'essentiel.

- Diminution des cotisations sociales et augmentation de la CSG (impôt)
Le financement de la sécurité sociale sera moins lié aux salaires et davantage à la fiscalité. Le poids des interlocuteurs sociaux sera réduit et celui du parlement augmenté d'autant.

- Impôt sur la fortune : le patrimoine mobilier n'y sera plus soumis.
En gros, on vide cet impôt de l'essentiel de sa substance et les plus riches seront les grands bénéficiaires de cette nouvelle niche fiscale car les actifs mobiliers représentent 90 % des patrimoines de plus de 10 Mio€.

- Un plan d'investissements de 50Mia€ en 5 ans.
Ce plan concernera la formation des chômeurs, la transition écologique (prime au remplacement des véhicules les plus âgés, …), la transformation agricole (dans quel sens?), les transports et équipements collectifs, … 10Mia€ par an est un bel effort, sauf que dans le même temps, le gouvernement prévoit une diminution de 60Mia€ par an des dépenses publiques. Et ces restrictions toucheront inévitablement l'enseignement, la recherche, l'éducation, …

- Taxation des revenus du capital plafonnée à 30 %.
Pas besoin de continuer à chercher pour qui roule Macron : maintenant, on sait. Les revenus du capital représentent 3,5 % des revenus des 10 % les plus pauvres de la population française et 53 % des revenus des 0,1 % les plus riches.

- Priorité aux accords d'entreprise par rapport aux accords de branche.
Comme dans tous les pays, la France s'engage dans une voie visant à affaiblir les syndicats en morcelant les négociations. Une vieille pratique : diviser pour régner.

- Assurance chômage pour tous.
Y compris pour les indépendants et les salariés démissionnaires. Très bien mais en réduisant dans le même temps le budget des allocations de chômage de 10Mia€ par an. On voit tout de suite qui en fera les frais.

- États généraux de l'agriculture et de l'alimentation.
Ces états généraux sont réclamés par Nicolas Hulot. Il obtient donc satisfaction ? A vous de juger : ces états généraux sont préparés et seront pilotés par les organisations agricoles et l'industrie agro-alimentaire.

- Demandeurs d'asile : accélérer les procédures.
Il faut que le demandeur soit fixé sur son sort en maximum 6 mois. Dans de telles conditions, pour éviter l'arbitraire, il faudrait augmenter les moyens des associations qui viennent en aide aux demandeurs d'asile. Ce n'est pas prévu. D'où l'impression : « l'objectif n'est pas tant de réduire l'attente des réfugiés que d'expulser plus rapidement les déboutés ».

source : Alternatives économiques, n°370, p.10, dossier « Le pari d'Emmanuel Macron »

Helpdesk

Maxime

L'humanité serait depuis longtemps heureuse si tout le génie que les hommes mettent à réparer leurs bêtises, ils l'employaient à ne pas les commettre.

G.B. Shaw

Un p'tit plus

Manuel Valls en manif à Madrid (France Inter, Charline Vanhoenacker, 11/02/2019)

Lire la suite...