Le fond de l'affaire


 

Qui dit mieux ?

AB-InBev délocalise une partie de ses activités en Suisse, dans le canton de Zoug, sans doute le plus intéressant au monde. Fiscalement parlant. La raison en est simple : le SPF Finance réclame un complément d'impôts


Les activités d'achats mondiaux (cannettes, houblon, ...) d'In-Bev sont partiellement localisées dans une filiale, Ampar, qui bénéficie depuis 2012 d'un ruling fiscal permettant d'exonérer d'impôts les 'bénéfices excédentaires'. Cette disposition dont les PME voudraient bien profiter également, a permis à AMPAR de ne payer que 4 % d'impôts. L'ISI conteste cet accord et réclame plus de 30 millions d'euros d'impôt supplémentaires pour 2015 (bénéfices nets : 73 Mio€).
Notons que la Commission européenne non plus n'apprécie guère ce régime qu'elle juge opaque.
source : http://trends.levif.be/economie/entreprises/ab-inbev-demenage-partiellement-en-suisse/article-normal-632289.html du 21/03/17.

Notons au passage que la délocalisation ne porte actuellement que sur la direction de la société. En fait, les considérations fiscales n'ont rien à voir ici. Les dirigeants d'Ampar souhaitent simplement se rapprocher d'Alexandre Van Damme, l'homme fort d'AB-InBev qui a quitté Bruxelles pour le canton de Vaud. Parce que l'insécurité est trop importante en Belgique.
source : Médor, https://medor.coop/fr/article/le-belge-le-plus-riche-sexile-en-suisse/ du 21.10.2016

Helpdesk

Maxime

On n'assure pas son avenir, on le choisit, on l'invente et on essaie de faire en sorte qu'il ressemble à ce que vous attendez de lui.

Yvan Audouard, Lettre ouverte aux cons