Le fond de l'affaire


 

La réforme fiscale MR-CdH
La question qu'il ne fallait pas poser

Thomas Mignon, après avoir énuméré une bonne partie des cadeaux fiscaux annoncés par JL Crucke, ministre wallon du budget, a posé dans l'émission « Matin Première » du 8 septembre, la question qu'il ne fallait pas poser.

Ces mesures représentent 150Mio€ de recettes(1) en moins pour la Région wallonne. Alors, est-ce payable ?
"Il y a deux manières de le faire, répond le ministre MR. Soit vous travaillez sur les recettes – c'est une solution du passé, car cela aurait signifié que, systématiquement, nous aurions été chercher encore plus d'argent dans la poche de ceux qui travaillent – soit vous travaillez sur les dépenses publiques."
En d'autres termes, M. Crucke annonce des diminution de dépenses pour compenser les diminutions de recettes. Mais quand on diminue les dépenses publiques, quelqu'un paie. Alors, dans le projet du gouvernement CdH-MR, qui paie ?
Quand Mme De Block diminue les dépenses de santé, qui paie la dégradation des soins ?
Quand le gouvernement Michel diminue les dépenses du rail, qui paie les retards et les accidents ?
Quand le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles diminue le budget de l'enseignement, qui paie les conséquences d'un enseignement dégradé ?

Et c'est ici que les choses évidemment se compliquent. Diminuer les recettes fiscales est encore et toujours électoralement parlant très rentable. Et, une fois les recettes diminuées, le déficit apparaît. Insupportable ! La Belgique vit au-dessus de ses moyens. La dette publique est exagérée. Etc, etc. Donc, il faut faire des économies. Oui, mais où ? M. Crucke n'a pas encore trouvé. Ou il n'ose pas le dire. En tout cas, il a dit clairement au journaliste qu'il ne donnerait aucune indication pour le moment.
Et si M. Crucke cherche comment financer ces 150Mio€ de baisse de recettes, il pourrait peut-être demander conseil à M. Michel car, lui, il sait où sont les pertes de recettes. Et depuis longtemps si l'on en croit un article de Trends Tendance du 31/10/2016 intitulé : « Michel en Chine : la Belgique défend ardemment ses niches fiscales et l'absence de taxation des plus-values. »
Dans cet article, il était expliqué que M. Michel, dans un forum économique organisé en Chine, avait ardemment défendu les niches fiscales (intérêts notionnels, régime pour les holdings, déduction des dividendes, système fiscal pour les fonds de pension et l'innovation…) et l'absence de taxation des plus-values qui font que les grandes entreprises et les multinationales paient moins de 10 % d'impôts sur leurs bénéfices réels. Et ici, on parle de milliards. Pas de millions.

 

(1) 150Mio€ représentent une diminution de 2,6 % des recettes fiscales et parafiscales de la Wallonie en 2016 (source : BNB)

Helpdesk

Maxime

... songeant tristement aux ravages qu'exerce la bêtise quand elle s'aide de l'imagination.

M. Déon, Un taxi mauve

Un p'tit plus

Manuel Valls en manif à Madrid (France Inter, Charline Vanhoenacker, 11/02/2019)

Lire la suite...