Le fond de l'affaire


 

La modialisation marque le pas

Dans son n°364 de janvier 2017, Alternatives économiques a publié un article mettant en évidence le ralentissement indéniable de la mondialisation. Dans le même temps, les économistes commencent à prendre conscience du rôle de la mondialisation dans l'accroissement des inégalités.

Plusieurs éléments montrent le ralentissement des échanges internationaux. Le premier et le plus surprenant est la chute des mouvements de capitaux.
Alors qu'ils n'ont cessé de progresser depuis la fin des années 1950, ils ne représentent plus aujourd'hui que 10 % du niveau atteint en 2006. Et encore, ce niveau est-il surfait car il ne tient pas compte de la surestimation des investissements internationaux des entreprises. De nombreuses études montrent en effet que près du tiers de ces « investissements » ne sont en réalité que des « transferts artificiels destinés à échapper au fisc » ou à des réglementations diverses.
Mais l'essentiel de la chute des flux de capitaux provient de l'effondrement des prêts internationaux que se font les banques et qui servent à spéculer et, parfois, à investir. Dans l'ensemble, cette activité a reculé d'un tiers mais de moitié en Europe.
Côté commerce, il y a encore une croissance mais bien moins importante qu'auparavant. Bien sûr, le ralentissement économique dû à la crise a un impact sur le commerce international mais il y a un autre facteur qui joue. 60 % des échanges commerciaux internationaux sont en réalité des échanges entre filiales d'une même miltinationale. Un ralentissement des ces échanges tend à montrer un changement de stratégie de ces entreprises qui, jusqu'à présent, avaient tendance à éclater leurs chaînes de production, à faire produire chaque composant dans le territoire où le coût était le plus bas. Aujourd'hui, ces territoires connaissent des hausses de salaires qui les rendent moins attractifs, d'autant que ces hausses ne sont plus compensées par des baisses du coût du transport.
Dernier factuer significatif : la Chine recentre son économie vers son marché intérieur.
source : Alternatives économiques, n°364, pp.10-13 : Les forces de la démondialisation de Christian Chavagneux.

Helpdesk

Maxime

Les Etats-Unis sont passé de la barbarie à la décadence sans connaître la civilisation.

Albert Einstein