Le fond de l'affaire


 

Le CETA entre en vigueur ce jeudi

Demain jeudi 21 septembre 2017, le CETA entre en vigueur. La bataille n'est cependant pas perdu car la ratification par tous les parlements nationaux et régionaux (38 au total) n'est pas acquise, et sans celle-ci, le traité sera caduc. Trends a résumé le traité en 9 points. Un tour de force ! En voici l'essentiel:

Régulation financière : ça ne s'arrange pas.
Les banques financent leurs activités à partir de 3 sources de financement : les dépôts des clients, les emprunts qu'elles contractent et le capital apporté par les actionnaires. Ce capital est en quelque sorte un matelas de sécurité en cas d'opérations désastreuses. Plus ce capital est faible, plus l’État, çàd les contribuables, devra payer pour couvrir les pertes.

Espagne : Nouvelle faillite bancaire

En juin dernier, la Commission européenne était très fière de pouvoir annoncer la solution mise en œuvre suite à la déconfiture de la banque espagnole Banco Popular, écrasée par des pertes de 3,5Mia€ en 2016. Elle a été vendue pour un Euro symbolique à son principal concurrent, Banco Santander. Les pouvoirs publics n'ont pas dépensé un Euro dans cette opération.

Une interview de Paul Jorion sur France Inter
France Inter nous a proposé ce lundi 7 août 2017, une interview intéressante de Paul Jorion, anthropologue, sociologue, professeur associé à l’Université Catholique de Lille. Diplômé de l'ULB, il a mené une carrière académique, puis dans la finance pour revenir à la carrière académique. Il a publié, peu de temps avant le déclenchement de la crise des sub primes, un livre intitulé « Vers la crise du capitalisme américain », dans lequel il annonçait une crise financière imminente qu'aucun économiste officiel n'avait vu arriver. A écouter d'abord ici et puis là (l'interview est en deux parties; pour la 2e partie, choisir l'émission du 7/8/2017).
N'hésitez pas : cela va vous changer de Bruno Colmant.

Voici les principaux extraits.

Dumping social

Le niveau des salaires est souvent mis en avant pour expliquer les délocalisations du fait d'une concurrence mondialisée. Cependant, il existe des secteurs non soumis à cette concurrence internationale. La construction, par exemple. Il est en effet difficile de construire un hôpital en Inde et puis de le transporter à Liège. Et pourtant...

La modialisation marque le pas

Dans son n°364 de janvier 2017, Alternatives économiques a publié un article mettant en évidence le ralentissement indéniable de la mondialisation. Dans le même temps, les économistes commencent à prendre conscience du rôle de la mondialisation dans l'accroissement des inégalités.

France : Macron annonce la couleur, le patronat se réjouit.

Le programme de Macron (initiateur de la révision du code du travail, loi El Khomri) est clair : assouplir les règles de licenciement et améliorer l'assurance chômage et la formation, en s'inspirant du modèle danois de flexisécurité.

BNP Paribas Fortis contrainte d'indemniser des clients

Alertée par un article du Soir en 2015 qui rapportait que la banque avait continué à conseiller l'achat d'obligations greques alors qu'elle en connaissait les risques, la FSMA (Autorité des Services et Marchés Financiers) vient de contraindre BNP Paribas Fortis à payer une amende de 700.000€ et à indemniser ses clients.
source : http://trends.levif.be/economie/banque-et-finance/obligations-grecques-bnp-paribas-fortis-doit-verser-700-000-euros/article-normal-639283.html publié le 31/03/17

Les principales mesures de la loi Peeters

Temps de travail et salaire
Aujourd'hui, le temps de travail hebdomadaire est calculé sur la base d'une période de référence de 3 mois. La loi Peeters prévoit d'étendre cette période sur un an avec la possibilité d'effectuer 143 heures au-delà de la durée hebdomadaire de travail (38h depuis 2001), c'est-à-dire quasi 4 semaines supplémentaires sur une année sans compensation (sursalaire ou congés)

Dexia: 132 millions d'euros à charge de l'Etat

Le Holding Communal est un des principaux actionnaires de Dexia et, à ce titre, il doit éponger les pertes. Il reste environ 1Mia€ à couvrir. Belfius, la banque publique prend l'essentiel en charge mais il reste un « trou » de 132 Mio€. Chers contribuables, à vous de jouer ! Et on dit merci à MM. Leterme et Reynders qui ont, semble-t-il, pris cette décision en 2012 sans l'accord du gouvernement.
source: http://trends.levif.be/economie/banque-et-finance/dexia-la-liquidation-du-holding-communal-coutera-132-millions-d-euros-a-l-etat/article-normal-602049.html?utm_source=Newsletter-20/01/2017&utm_medium=Email&utm_campaign=Newsletter-RNBTECZ (20/1/2017)

Helpdesk

Maxime

Les Etats-Unis sont passé de la barbarie à la décadence sans connaître la civilisation.

Albert Einstein

Un p'tit plus