Le fond de l'affaire


 

Ecarter les lobbies agroalimentaires? L'industrie réagit

The Lancet publiait ce lundi un rapport alarmiste, et qui préconise des solutions radicales pour lutter contre l'obésité, la malnutrition et le changement climatique. La quarantaine de chercheurs qui a travaillé sur le document estime que les trois problèmes majeurs de notre époque sont liés, et que chercher à les résoudre devait mettre en place des changements structurels et des mesures des autorités publiques.

L'industrie alimentaire est directement visée dans le rapport: aliments trop transformés, pauvres en nutriments, trop riches en sucres; agriculture et élevages industriels et extensifs, uniformisations des cultures; productions polluantes et énergivores... Les chercheurs estiment qu'il faut agir en encadrant sévèrement ce genre d'industrie, comme pour le tabac: interdiction de la publicité, écartement des lobbies agroalimentaires...

Pour la fédération de l'industrie alimentaire belge, la Fevia, ce rapport est biaisé. Dans un communiqué, le groupe de défense des intérêts de l'industrie alimentaire affirme que, si les défis sont fondamentaux, c'est l'industrie qui, aujourd'hui, détient une partie de la solution, en travaillant à des solutions alimentaires plus équilibrées, par exemple. Comment? En sponsorisant l'innovation, affirme le Fevia. Mais aussi en continuant à être impliquée dans le processus décisionnel: la Fevia affirme que c'est dans les discussions qu'elle peut avoir avec les autorités publiques que des améliorations peuvent être mises en place.

Fevia estime que c'est essentiellement dans la fragmentation des processus décisionnels (divers responsables ministériels de la Santé par exemple) qu'il faut chercher la raison de la faiblesse des mesures prises dans notre pays.

C'est grâce à la science, répond Fevia au 40 chercheurs qui ont travaillé sur le rapport, que des solutions seront trouvées.

source : RTBF - W. Fayoumi – Lundi 28 janvier 2019

Ainsi donc "c'est grâce à la science que des solutions seront trouvées" et "c'est l'industrie qui, aujourd'hui, détient une partie de la solution, en travaillant à des solutions alimentaires plus équilibrées, par exemple. Comment? En sponsorisant l'innovation". Un peu comme Monsato-Bayer qui a fourni l'étude ayant permis à l'organisme public allemand "indépendant" de convaincre les parlementaires européens que le glyphosate ne présentait pas de danger pour la santé. Et pour le reste, dommage que la FEVIA n'ait pas lu le livre "Vous êtes fous d'avaler ça!"

Il faudrait peut-être commencer par refinancer la recherche publique pour qu'elle ne dépende plus de l'industrie.

 

Helpdesk

Maxime

Il consacra 14 ans [à ce travail], accumula des milliers de fiches, qu'il classa et répertoria. Il possédait son sujet sur le bout des doigts. Enfin, le moment de rédiger arriva.Il prit place à sa table de travail et mourut. Il mourut en vue de la terre promise, et ne goûta jamais l'amertume d'y avoir enfin abordé.

S. Maugham, Les Quatre Hollandais

Un p'tit plus

Manuel Valls en manif à Madrid (France Inter, Charline Vanhoenacker, 11/02/2019)

Lire la suite...