Le fond de l'affaire


 

Implant Files

Dans le cadre de la dernière enquête du Consortium international d'investigation, France Inter publie sur son site une analyse intéressante des pratiques en matière d'implants.
C'est en toute légalité que des industriels mettent sur le marché des implants qui n'ont même pas été testés. Pour commercialiser un produits, il suffit d'introduire un dossier auprès d'un organisme de certification. En France, « dans 96 % des cas, ce dernier ne demande même pas à voir le produit. » Les conséquences d'un tel système : 1.700.000 blessés et 80.000 décès par an dans le monde.

Malaria, bis

Lecteur attentif et assidu du site, vous vous souvenez certainement de l'article « Malaria Business » dans lequel l'industrie pharmaceutique et l'OMS étaient pointés du doigt. Eh bien, nous avons un nouvel exemple.

A votre santé : additifs alimentaires et pesticides

L'équivalent français de Test Achats, l'UFC Que Choisir a passé au crible plus de 300 additifs alimentaires autorisés. Le bilan est inquiétant.
Se basant sur des travaux de l'Agence européenne de sécurité des aliments (AESA), l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), l'UFC Que Choisir est arrivée à la conclusion que, sur plus de 300 additifs autorisés, 87 sont à éviter. (Voir : Le Vif, 23-10-2018)

Herbalife, partenaire des Diables rouges: "Des produits aux allégations trompeuses"
Après le chanteur chargé de créer la future chanson des Diables et auquel d'aucuns reprochent ses propos déplacés sur les femmes et ambigus sur la drogue, voici que l'Union Belge de Football se fait remonter les bretelles par la RTBF. Voici l'article publié sur le site de la RTBF :

Perturbateurs endocriniens
Le 4 juillet dernier, les EM ont approuvé le projet de définitions des perturbateurs endocriniens, première étape d'une réglementation.

Petit exercice d'information avec l'Afsca

Le 22 août dernier, Trends Tendance publiait sur son site un communiqué Belga sous le titre : « Les produits Lotus aussi retirés de la vente en Belgique »
Le voici dans son intégralité, une fois n'est pas coutume. Avec quelques remarques.

Glyphosate: tous contaminés

L'ONG Générations Futures a réalisé un test d'urine sur un échantillon de 30 personnes de 8 à 60 ans, citadines ou rurales, dont l'alimentation est ou non biologique. Chez toutes, l'analyse a révélé des résidus de glyphosate, substance classée "cancérogène probable" par une agence de l'ONU. Dans 29 échantillons sur 30, la concentration est supérieure à la concentration maximale admise pour un pesticide dans l’eau distribuée.
Combien d'avis scientifiques indépendants faudra-t-il à la Commission européenne pour, enfin, interdire cette molécule ?
source : https://www.rtbf.be/info/societe/detail_glyphosate-100-des-personnes-testees-avaient-les-urines-contaminees?id=9573797 RTBF avec AFP Publié 6 avril 2017 à 10h05

Le prix des médicaments

En juin dernier, en France, Médecin du Monde lançait une campagne choc pour dénoncer le prix des médicaments avec des phrases comme : « Une leucémie c’est en moyenne 20 000% de marge brute », « Bien placé, un cancer peut rapporter jusqu’à 120 000 euros. », « Le mélanome c’est quoi exactement ? C’est 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires. »

Médecine ou commerce ? Faut-il choisir ?

Naima Regueras (membre du service Recherche et Développement de la Mutualité chrétienne) a publié un article intéressant dans la revue Démocratie d'octobre 2016 (1).

En 10 ans (2004-2014), le coût moyen d'une hospitalisation restant à charge du patient est passé de 1.290€ à 1461€ (+13%) en chambre individuelle et de 377€ à 281€ (-25%) en chambre double ou commune.
Pourquoi de telles différences ?

Profits ou santé?

Le 27 juillet dernier, l'Endocrine Society (18.000 scientifiques membres) a écrit (http://bit.ly/2bnmmtq) à la Commission européenne pour dénoncer les critères retenus pour définir un perturbateur endocrinien et publiés en juin dernier avec plus de deux ans de retard. Ces critères sont beaucoup trop restrictifs pour garantir une réelle protection de la santé.
source : Alternatives Economiques n°360, p.57

Ca marche!

A force d'être montrées du doigt par les ONG, les chaînes de fastfood comme MacDo ou Pizza Hut ont annoncé leur intention de ne plus utiliser de volailles élevées aux antibiotiques.
source : Alternatives Economiques n°360, p.10

Helpdesk

Maxime

Etre bête, égoïste et en bonne santé, voilà les trois condistions pour être heureux. Mais si la première vous manque, tout est perdu.

Flaubert