Le fond de l'affaire


 

Publifin et ses ramifications montoises

Intéressant petit article de Ph. Engels intitulé "L'intercom vache à lait" dans le dernier numéro de Médor (n°6, page 68).
Aucun des 31 (!) administrateurs d'IDEA (Intercommunale de développement économique et d'aménagement du territoire de la région montoise) ne semble s'être étonné lorsque IDEA a vendu son activité de télédistribution à Tectéo/Nethys en 2008.

Ils ne semblent pas non plus s'être posé la question de savoir comme le prix de vente avait été fixé et, surtout, si ce prix (82 Mio€) était correct. Et ils ne semblent pas non plus avoir eu d'état d'âme lorsque cette cagnotte a été placée, pour moitié chez Belfius, et pour l'autre moitié au Luxembourg via la société de bourse Petercam.
Et c'est tout à fait par hasard que, au sein de Petercam, le dossier d'évasion fiscale au Luxembourg a été confié au gestionnaire de fortune personnel de Jean-François Escarmelle, directeur général de l'IDEA de 1989 à 2013, qui, à l'époque, cumulait 12 mandats rémunérés. C'est le même Jean-François Escarmelle qui bénéficiait chez IDEA d'une assurance groupe à lui tout seul. « Dont il a obtenu le paiement anticipé de 478 529,64€ le 23 décembre 2008, soit au moment du fameux placement au Luxembourg. » Cette assurance groupe a été contractée auprès de la socialiste Prévoyance sociale, P&V aujourd'hui. « Un avenant de 2001 a majoré les primes. Qui l'a paraphé ? Surprise : Elio di Rupo, président de l'IDEA à l'époque. »

Helpdesk

Maxime

Le tact c'est de parler des gens comme ils se voient.