Le fond de l'affaire


 

Pensions : encore et toujours expliquer les hypocrisies, mensonges et autres fausses évidences.

C'est ce que fait très bien Patrick Feltesse qui commence par rappeler que le Comité d’étude sur le vieillissement estimait, dans son rapport 2014, la hausse des dépenses sociales d’ici 2060 à 4,2 % du PIB. De son côté, le gouvernement tablait, en 2016, sur une croissance économique modérée de 1,5 % en moyenne par an, ce qui cumulé sur 44 ans donne, en 2060, un PIB qui aura pratiquement doublé (+95%). Autrement dit, avec l’augmentation du gâteau liée à la croissance cumulée, financer les pensions n’a donc rien d’irréaliste.

La Justice dans le trente-sixième dessous.

Dans un article paru en mars 2016, Manuella Cadelli, présidente de l'Association des magistrats, dénonçait les entraves portées au bon fonctionnement de la Justice. Ce n'est pas sans raison. Jugez plutôt.

Le prix des médicaments

En juin dernier, en France, Médecin du Monde lançait une campagne choc pour dénoncer le prix des médicaments avec des phrases comme : « Une leucémie c’est en moyenne 20 000% de marge brute », « Bien placé, un cancer peut rapporter jusqu’à 120 000 euros. », « Le mélanome c’est quoi exactement ? C’est 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires. »

Economie collaborative ou sous-prolétariat ?

Quand, moyennant une modique cotisation annuelle, vous avez accès à une plate-forme vous permettant de contacter une autre personne pour échanger vos logements pendant les vacances ou pour un covoiturage avec partage des frais, on peut parler d'économie collaborative.
Quand la plate-forme prélève une commission de 20 % sur chaque transaction, à charge du « fournisseur indépendant », et le déconnecte s'il refuse une prestation (UBER) ou lui impose un modèle de véhicule d'une couleur pour laquelle la plateforme a une exclusivité chez le constructeur, obligeant par là le « fournisseur indépendant » à louer le véhicule auprès de la plateforme (Le Cab), est-ce de l'économie collaborative ou du sous-prolétariat ?
source : Alternatives Economiques n°360, p.43

Le Herve de Houston, vous connaissez ?

Non ? Pas grave, cela viendra. En attendant, grâce au CETA, vous aurez bientôt du « Jambon de Bayonne » d'Ottawa et du « Beaufort » de Vancouver.

Helpdesk

Maxime

On n'assure pas son avenir, on le choisit, on l'invente et on essaie de faire en sorte qu'il ressemble à ce que vous attendez de lui.

Yvan Audouard, Lettre ouverte aux cons

Un p'tit plus

Faut-il taxer les pollueurs? (France-Inter, Guillaume Meurisse, 07/11/2018)
Lire la suite...